L’arête de la Table de Roc

16 juin 2019

Escalade de l’arête de la table de Roc à l’aiguille du Tour. Cette course variée, classique, une des « cent plus belles » courses du livre de Gaston Rébuffat est aujourd’hui en très bonne condition. C’est avec Jacques, un jeune grimpeur parisien que nous parcourons cette voie.

Après avoir retrouvé mon compagnon de cordée la veille et être monté au refuge Albert premier, nous profitons de l’après-midi pour contempler les montagnes, particulièrement enneigées pour la saison et belles. Nous révisons quelques manips de corde et bloquons notre choix pour l »arête de la table de roc  de l’aiguille du Tour. Et oui, nous avions prévu d’aller grimper l’éperon Migot à l’aiguille du Chardonnet, mais les conditions de neige ne permettent pas d’y aller sereinement. Fin de journée et nuit dans ce grand refuge bien confort de l’Alpe.

Le lendemain, lever tôt au milieu de la nuit, pour rejoindre le pied de la voie aux premières lueurs du jour. Les conditions de neige sont bonnes à cette altitude et le début de l’itinéraire en mauvais rocher est donc recouvert de neige et en superbe conditions. Trop bien et trop beau. Tout va parfaitement bien sauf que j’ai perdu mon téléphone portable dans la neige sur l’approche!! Il n’y aura donc pas de photos de cette magnifique course et de ses trop belles ambiances, mais les meilleurs souvenirs restent gravés dans nos mémoires et c’est là le plus important.

Nous grimpons donc dans des couloirs avec de courts passages mixtes jusqu’à la fameuse « Table ». L passage de cet énorme bloc de rocher posé en équilibre est assez incroyable. Nous quittons ensuite les crampons pour la suite de l’arête plus rocheuse et horizontale. Les passages sont esthétiques sans jamais être trop difficiles. La neige et les conditions mixtes du jour rendent cette course d’arête encore plus belle. Nous remettons les cramons sur la fin pour une traversée dans des pentes de neige raides.

Au sommet, nous retrouvons des dizaines de personnes qui viennent de la voire normale de l’aiguille du Tour. Nous empruntons celle-ci pour la descente. Au retour, je cherche sans trop d’espoir de retrouver mon téléphone et à un moment, j’aperçois une toute petite tâche noire sur la neige, je monte et c’est mon téléphone!! Trop bien.

Bravo Jacques pour ton ascension et merci pour ces beaux moments partagés.

Belle vue sur les aiguilles du Tour depuis l’aiguille Purtscheller. L’arête de la table de roc est sur la gauche.

Jacques dans la fin de la descente et l’aiguille du Tour.

0

Ajouter un commentaire