La « haute route des Ecrins » en ski

Raid à ski dans le massif des Ecrins.

Du 3 au 8 avril 2017

Raid à ski dans les Ecrins avec un groupe de pyrénéens motivés et sympathiques. La superbe météo et les bonnes conditions nivologiques nous permettront de réaliser un très beau raid alpin dans ce massif sauvage et de toute beauté. De la Grave à Monêtier les Bains, nous passerons 6 jours en montagne où nous franchirons de très beaux cols assez techniques, skierons des descentes d’anthologie et gravirons un (ou des) beaux sommets au passage. Tout ça dans un environnement de haute montagne, souvent sur de gros glaciers au milieu des hauts sommets des Ecrins.

J1: La Grave, Dôme de la Lauze et descente sur le refuge de la Selle

Avec Nico, un copain guide nous retrouvons une belle équipe de Palois (habitants de Pau) venus voir du côté des Alpes si la neige est plus légère! C’est pas la semaine de la poudre, malheureusement, mais les conditions de neige sont tout de même fort correctes et la météo est parfaite! Dans ces raids en altitude prévus longtemps en avance, on ne peut pas tout le temps réaliser le programme initial. Nous aurons donc la chance de pouvoir réaliser notre projet « quasi » en totalité!

Pour cette première journée, nous commençons par une rude remontée en téléphérique, puis nous faisons 2 belles descentes sur le glacier de la Girose dans une 20cm de poudreuse un poil tassée (quand même), mais fort bonne à skier. Nous remontons un peu avec les peaux pour rejoindre le téléski et le Dôme de la Lauze. D’ici, on voit une bonne partie de l’itinéraire de la semaine et la vue dégagée est encore une fois grandiose! Le premier incident technique arrive au moment d’aborder la descente sur le refuge de la Selle. Thierry casse un ski tout neuf. Il descends fissa à la Grave avec Nico pour louer une autre paire.

Pendant ce temps avec le reste du groupe, nous attaquons la « raide » descente sur le vallon de la Selle. Nous descendons un peu plus bas que le refuge puis remontons en peaux jusqu’à notre hébergement du soir. En fin d’aprem, Nico et Thierry réussissent à remonter à temps pour nous rejoindre, cool!

Ski sur la Grave avant un raid à ski dans les Ecrins.

Ski sur la Grave pour commencer. C’est trafolé, mais ça reste très bon.

Descente du dôme de la lauze au refuge de la selle.

Descente sur le refuge de la Selle

Remontée au refuge de la Selle pour un raid à ski de rando.

Remontée au refuge de la Selle

J2: Montée au col du Replat et belle descente sur le refuge du Chatellerêt

Les conditions de neige sont printanières sur les versants sud. La neige est bien béton pour rejoindre le glacier de la Selle. C’est donc en crampons que nous ferons donc la grande traversée sous le pic de la Grave et la pointe Thorant. Arrivés au glacier, nous chaussons les skis et remontons le plat qui nous mène sous le col du Replat. Des pentes un peu raides en neige poudreuse, mais relativement stables nous mène à un autre beau belvédère.

Petite pause contemplative avant de commencer la descente par un court rappel sur corde. La suite est bien skiante, la neige transfo est bien revenue et nous nous laissons glisser en belles courbes vers le vallon des Etançons où nous rejoignons le refuge du Chatellerêt.

Traversée en crampons face à l'aiguille du plat de la selle.

On commence en crampons dans la traversée en neige dure un peu expo.

Montée en ski au col du Replat.

On arrive pas loin du col du Replat.

Un casse croute au col du replat en ski.

Le col du Replat, la Tête Nord du Replat, la Meije, le Pavé et le Pic Gaspard.

La descente en ski du col du Replat côté Etançon.

Descente sur de la belle moquette dans le vallon des Etançons.

J3: Montée au col de la Casse déserte, tentative à la Grande Ruine et descente au refuge Adèle Planchard

Aujourd’hui, nous avons une longue montée jusqu’au « col de la Casse déserte ». Les conditions sont très bonnes, mis à part dans le tout début où la neige est bien dure. Nous faisons 2 groupes: je pars avec les plus rapides pour tenter l’ascension de la Grande Ruine. Après un début sur de la neige dure, nous retrouvons vite de la neige plus profonde, d’abord croutée, puis poudreuse sur la fin. Le passage des séracs du glacier de la grande ruine passe très bien et nous passons le col en crampons à la montée et à la descente.

Nous remettons les skis sur le glacier de la Casse déserte avant de remonter au col des Neiges. Le temps est encore correct avec de belles éclaircies, nous tentons donc d’aller voir plus haut sur le glacier supérieur de Agneaux. Mais la météo tourne un peu et nous nous retrouvons vite dans les nuages. Nous tentons quand même d’aller voir plus haut, mais nous nous arrêtons sous le col du Diable car c’est bien bouché et la neige est toute croûtée. Nous abordons donc la « superbe » descente dans de la bonne croûte bien infâme pour rejoindre le chaleureux refuge d’Adèle Planchard et Aurélien et Noémie, nos forts aimables hôtes du soir.

La montée en ski du glacier de la Grande Ruine.

Montée sur le glacier de la Grande Ruine.

Montée en poudreuse au col de la casse déserte.

C’est popow sous le col de la Casse Déserte…

Montée en cramons au col de la casse déserte.

Bientôt arrivé au col de la casse déserte. Y’a du monde aujourd’hui!

Le passge du col des Neiges en ski.

Passage au col des Neiges.

J4: Col Emile Pic, refuge des Ecrins

Nous commençons la journée par une très belle descente  de 950 mètres face à de grandes parois rocheuses et mixtes et dans une neige fort agréable à skier (4 cms sur fond dur). Ça c’est bon pour débuter la journée avec le sourire! Nous remontons ensuite le long glacier des Agneaux dont la partie haute est en poudre bien bonne à descendre et un peu plus difficile à remonter, ça brasse un peu. Tout le monde s’en sort très bien et nous arrivons quasi en même temps au col Emile Pic.

La descente était autrefois, un couloir et des pentes de neige faciles. Avec le retrait glaciaire, nous effectuons maintenant un rappel de 40 mètres pour rejoindre les pentes. A 14, ça prend un peu de temps! La neige dans ce versant sud est déjà bien molle et nous rejoignons le refuge des Ecrins. Petite après-midi tranquille, sieste… avant le repas du soir où nous annonçons à tout le monde qu’au vu des conditions pas top, aller à 14 tenter le Dôme des Ecrins serait déraisonnable! Juste et sage décision pour nous, mais annoncée un peu tardivement! Encore désolé pour ceux qui l’ont mal pris et qui ont été déçus. Nous n’avons pas été bons en communication cette fois!

Méga descente en ski d'Adèle Planchard.

Début d’une bonne descente vers le glacier de la Plate des Agneaux.

La remontée en ski du glacier des Agneaux au col Emile Pic.

Remontée sur le glacier des Agneaux. En face la Grande Ruine, la Meije et le pic Gaspard.

J5: Ascension du Dôme des Ecrins et descente sur le refuge du Glacier Blanc

Nous refaisons donc 2 groupes aujourd’hui: Nico pars avec 8 personnes gravir la Roche Faurio et une antécime du pic du Glacier Blanc. Ils feront du bon ski en neige de printemps (sauf pour le haut de la Roche Faurio). Je pars avec les 4 autres: Jean Louis, Jean Pierre, François et Thierry. Nous montons tranquillement, mais à bonne allure jusqu’au sommet du Dôme des Ecrins. La vue de la haut est trop belle, tout l’arc alpin est dégagé.

La descente par contre est en neige cartonnée, dons pas extraordinaire. Nous retrouvons tout de même de la bonne moquette sur la fin du glacier Blanc et les pentes de neige au dessus du refuge du glacier Blanc, où nous passons l’après-midi et la nuit.

Remontée en ski de la face nord du Dôme des Ecrins.

Belle remontée sur la voie normale du Dôme.

Le sommet du Dôme en ski de rando.

Sommet du Dôme avec la barre des Ecrins derrière.

La descente en ski de la face nord su dome des Ecrins.

Descente un peu carton de la face Nord du Dôme.

J6: Col du Monêtier et descente du vallon du Grand Tabuc

La dernière journée se passe encore dans un paysage « de fou » et le temps est encore au grand beau. Nous montons au col du Monêtier par des pentes tranquilles, puis de plus en plus raides. La vue sur le bassin du glacier Blanc et du glacier Noir est « pas dégueu » et nos regards sont attirés par ces énormes faces et ces gros glaciers. Nous finissons en crampons la traversée qui nous mène au col du Monêtier. Petit moment de contemplation encore…puis, nous descendons le beau vallon du Grand Tabuc d’abord en neige un peu croûtée, puis en bonne moquette top qualité! La fin du vallon est déneigé et nous portons 20 minutes pour retrouver les voitures.

Montée au col du Monetier en ski de randonnée.

Philippe et les grandes faces mixtes du glacier Noir.

Ski de randonnée face au glacier Noir et à la Barre des Ecrins.

Philippe toujours et le Pelvoux, pic Sans Nom, Ailefroides, le pic Coolidge, le Fifre et la barre des Ecrins.

La descente en ski du Vallon du Grand Tabuc.

Retour dans la vallée de la Guisane par le magnifique vallon du Grand Tabuc.

Neige transfo sur la fin du vallon du Grand Tabuc.

Fin du vallon du Grand Tabuc sur de la belle moquette.

En tout cas, c’était un plaisir pour nous de vous accompagner sur ce beau raid avec des conditions plutôt excellentes et une météo de rêve. J’espère que vous êtes tous régalés même si certains n’ont pas gravi le Dôme… Merci à vous pour la bonne humeur, les blagues et les chansons de Philou, les nombreux coups à boire et encore bravo à vous tous. Bonne suite et au plaisir de vous recroiser dans les Pyrénées ou pour un autre raid…

4

Commentaires

  1. Philippe  avril 10, 2017

    Excellent compte-rendu de notre voyage au pays des merveilles en compagnie de deux super guides très compétents, sensibles et attentionnés. Le bonheur, c’est pas si compliqué !

    répondre
  2. raisson  avril 10, 2017

    Bravo, météo fantastique !

    répondre
  3. Jean pierre  avril 12, 2017

    Merci Ju et Nicolas en espérant se retrouver pour un autre raid .

    répondre
  4. jean louis  avril 14, 2017

    merci julien et nicolas, vous formez une belle équipe compétente et sympatique. Je me suis régalé. A bientôt peut être pour de nouvelles « aventures »

    répondre

Ajouter un commentaire