Le Mont Blanc par la voie normale

Ascension du Mont Blanc par le Gouter à 16 ans.

Du 1er au 3 juillet 2017

Suite de nos aventures avec Christian et Dominique au Mont Blanc cette fois-ci. Les conditions de la montagne et la météo nous font parfois changer de plans, d’itinéraires. On prends des décisions pour s’adapter au mieux aux conditions et pour évoluer en montagne avec le plus de sécurité. Pour cette fois, le plan initial était de gravir le Mont Blanc par la voie des Aiguilles Grises et le refuge de Gonella. Le glacier du Dôme était trop crevassé après cet hiver très sec et les grosses chaleurs du mois de juin. Et les récentes chutes de neige rendaient encore plus dangereux cet itinéraire. Par contre, la voie normale du refuge du Goûter était plus « safe » et se révélait être la meilleure option pour monter sur le toit des Alpes.

On part donc le premier jour sous la pluie et neige au refuge de Tête Rousse. Pas désagréable! Ce qui est top, c’est que la neige et les températures basses vont permettre de monter à l’aiguille du Goûter sans craindre les chutes de pierres qui se déclenchent quand c’est sec et qu’il fait chaud.

Une nuit un peu courte et c’est parti pour escalade l’aiguille du Goûter. Les conditions sont top! Nous arrivons au refuge éponyme et au vu de la météo, nous allons nous arrêter un petit moment. Il y a beaucoup de vent en altitude et il neige. Les premières cordées qui reviennent se sont toutes arrêtées au refuge Vallot. La haut, c’est a tempête et nous voyons arriver des « bonhommes de neige! On a le temps et on va donc attendre la mi journée un possible créneau météo.

Après 2 h de sieste et un petit repas, nous repartons pour tenter le sommet. Le ciel s’ouvre assez vite, mais plus haut, le sommet reste dans les nuages. Nous décidons de monter au Dôme du Goûter et de décider là haut de continuer ou pas. Au Dôme, il y a du vent, mais ça a l’air faisable, Nous continuons donc jusqu’au refuge Vallot pour y faire une courte pause à l’abri du vent. Puis nous continuons tranquillement sur l’arête des Bosses. Il fait froid quand on prend le vent plein visage et il fait chaud quand on est à l’abri derrière l’arrête! Tout se passe très bien et mes 2 compagnons de cordée avancent comme des chefs! Nous arrivons au sommet 4h 30 après être parti du refuge du Goûter.

L’émotion au sommet est grande. C’est un grand rêve qui se réalise pour Christian qui gravi le Mont Blanc à 16 ans… Bravo à toi et à Dominique bien sûr. L’ambiance est vraiment top, la mer de nuages avec les hauts sommets qui dépassent rendent encore plus magique et merveilleux le monde de la haute montagne. La descente jusqu’au refuge du Goûter avec les lumières du soir sont bien démentes aussi.

Après une nuit plus longue, nous redescendons au petit matin dans la vallée retrouver la civilisation et les petits bonheurs d’en bas!

J’ai passé 5 très belles journées en bonne compagnie. Merci Dominique et Christian de me faire confiance et encore bravo.

Montée au refuge de Tête Rousse sous la neige.

Montée au refuge de Tête Rousse en mode hivernal!

Chute de niege à l'aiguille du Goûter en juillet 2017.

L’aiguille du Goûter en neige. C’est cool par ces conditions.

Belle ambiance en montant au Dôme du Goûter.

Belle ambiance et pur créneau météo

Ascension du Mont Blanc par l'arête des Bosses.

L’arête des Bosses dans les nuages, c’est beau.

Sommet du Mont Blanc et belle ambiance.

Sommet. Bravo…

Trop beau, les lumières du soir en descendant du Mont Blanc.

Trop beau, les lumières du soir!

1

Commentaires

  1. Dominique  juillet 14, 2017

    Quelle experience ! Nous sommes heureux de faire ça en compagnie de Julien. Toujours gentil, essaie de trouver le maximum de plaisir sans oublier la sécurité. Grâce à sa flexibilité, nous avons réussi à atteindre les sommets de Gran Paradis et finalement de Mont Blanc, dans des conditions météorologiques pas évidentes.
    Est ceci toujours avec un grand sourire.
    Julien, nous avons eu un temps inoubliable!
    Merci !

    répondre

Ajouter un commentaire