Traversée de la Meije: encore trop beau !

Sur la traversée de la meije.

29 et 30 août 2015

C’est avec Pierre Olivier que nous partons pour la très belle traversée de la Meije. Démentiel, mythique, mystique, grandiose, hallucinant… les superlatifs manquent pour qualifier cette course. C’est donc avec toujours autant de plaisir que j’accompagne mes clients dans cette fameuse traversée.

Le 1er jour, nous montons au refuge du Promontoire par l’itinéraire des Enfetchores. Cette journée est déjà une petite course alpine: de l’escalade très facile, mais où il faut avoir un bon pied montagnard pour aller vite, un passage sur un glacier de la Meije bien crevassé, une descente de la brêche de la Meije dans des dalles où l’on peut juger facilement de l’aisance de notre compagnon. Pierre Olivier a déjà une « petite expérience » de l’alpinisme et se débrouille ma foi fort bien. Nous arrivons donc en début d’après midi au refuge où nous avons tout le temps de contempler la vue de ce perchoir sur les sommets environnants et sur la toute proche et énorme face sud de la Meije.

Après une courte nuit, lever 4h et départ 4h30, nous partons les premiers pour monter au Grand pic. Le « Pas du crapaud » est rapidement négocié. Mon compagnon avance très bien. Nous continuons en corde tendue sur l’arête qui suit. Nous progressons tranquillement mais à un bon rythme, on passe le « campement des demoiselles », le « couloir Duhamel » puis nous arrivons sur le raide bastion de la « Muraille de Castelnau ». Il fait encore nuit, mais la pleine lune éclaire bien le rocher. Je découvre une variante de la « dalle Castelnau » plus directe quelques mètres à gauche de celle-ci. ce passage en 5 est raide, mais très prisu. On continu ensuite en contournant les murs raides par des vires et virettes qui permettent de grimper cette impressionnante paroi dans un niveau de difficulté très raisonnable (III). Après le passage du « Dos d’âne », le ciel commence à s’éclairer doucement. On fait une longueur dans la « dalle des Autrichiens », le crux de la montée. On repart ensuite à corde tendue jusqu’au glacier Carré que l’on remonte après avoir mis les crampons. La dernière partie est vite gravie également. Puis, ça y est, nous voici au côté de la Vierge du sommet à 3983 mètres 4 heures après notre départ du Promontoire.

Le ciel est d’un bleu limpide, pas un nuage à l’horizon, pas un zeste de vent. Une bonne pause s’impose avant la suite des évènements. Les arêtes sont en excellentes conditions. Nous continuons plus tranquillement notre chemin. Ces arêtes sans être difficile techniquement, requièrent de l’attention, d’autant plus que la courte nuit, la montée au grand pic et l’altitude à quasi 4000 mètres ont fatigué un peu nos « frêles carcasses » ! Rappels, arêtes effilées, passage en face nord en goulotte, la variété des passages, l’ambiance et le panorama ne lassent toujours pas.

La descente sur le refuge de l’Aigle est cette année très crevassée et assez impressionnante. 5 heures après être reparti du Grand pic, nous nous octroyons une bonne pause au refuge avant la longue descente dans la vallée.

Bravo à toi Pierre Olivier pour cette belle course.

Montée à la brêche de la Meije.

Montée à la Brêche de la Meije le 1er jour.

La dalle des Autrichiens.

La dalle des Autrichiens

Le cheval rouge.

Le cheval rouge

Les arêtes de la Meije.

La suite du parcours depuis le Grand pic de la Meije.

Les Ecrins, c'est beau !!

Les Ecrins, c’est beau !!

Belle petite arête effilée après la brèche Zsigmondy.

Belle petite arête effilée après la brèche Zsigmondy

Descente du Doigt de Dieu.

Retour sur le glacier après la descente du Doigt de Dieu

Le glacier de l'homme.

Un glacier bien crevassé à la descente !

Le versant Nord de la Meije depuis la vire Amieux.

Versant Nord de la Meije depuis la vire Amieux

0

Ajouter un commentaire